entete

SYNDICAT NATIONAL
DES TRAVAILLEURS
DE L'EDUCATION DE BASE.



18 décembre 2012

Message de rentrée scolaire 2012-2013 du SYNATEB

 

Camarades militantes et militants

Sympathisantes et sympathisants

Travailleuses et travailleurs de l’éducation de base.

Au moment où s’effectue la présente rentrée scolaire, le Bureau National du SYNATEB  saisit l’occasion  pour vous féliciter pour l’énorme travail  abattu au cours de l’année scolaire  précédente tant  au  niveau  professionnel  que  syndical et  dont  le  mérite  vous  revient. Vous traduisez ainsi  en  actes  concrets,  l’engagement  du  SYNATEB à œuvrer pour l’avènement d’une école démocratique et de qualité pour l’ensemble du peuple burkinabè.

 

Le Bureau National vous encourage pour ce dynamisme et vous invite à plus d’engagement et de détermination afin de  relever les défis actuels qui se présentent à nous pour l’amélioration de nos conditions de vie et de travail tels que  la  relecture  du  régime  indemnitaire  et  de  la  loi  013,  l’élaboration  du  statut  particulier,  la  question  des  élections  professionnelles  et  du  check  off,  le  rattachement  du  préscolaire  et  du  post primaire.

En ce qui concerne  la  relecture  de  la  grille  indemnitaire, le  gouvernement  après  des  promesses  alléchantes  est  entré  dans  un  attentisme  qui  n’augure  pas  d’une  résolution  rapide  des  injustices  qui  caractérisent  le  régime  indemnitaire  en  application. Depuis que  l’on constate  une  certaine  accalmie  le  pouvoir  de  la  4e  république  semble  renouer  avec  ses anciennes pratiques :  le  déni  des  engagements et le  non  respect  de  la  parole  donnée.

Ainsi  depuis  des  mois,  les  travailleurs  de  l’éducation  de  base  à  l’instar  de  tous  les  autres  travailleurs  sont  dans  l’attente  de  la  résolution  de  cette  question  indemnitaire.  Il  serait  temps  que  le  gouvernement  se  penche  sur  cette  question  afin  de  la  résoudre.

Quant à la loi 013, elle a été pendant longtemps l’objet querellé. Après dix ans de  mise en œuvre,  cette loi a  été  reconnue enfin comme  comportant  de  graves  insuffisances  et le gouvernement s’était résolu à la faire relire.  Cette relecture reste attendue.

 En  ce  qui  concerne  les  élections  professionnelles  et  le  check  off,  le  gouvernement  a  pris des textes en  la  matière  et  nous  attendons  les  mesures  de  mise  en application.  Nous  osons  croire  que  des  dispositions  seront  bientôt  prises  pour  une  mise  en œuvre  idoine  de  ces  nouvelles  mesures.

 L’adoption du  PDSEB  ouvre  la  voie   au  rattachement  du  préscolaire  et  du  post primaire  au MENA. Cette question ne peut être définitivement tranchée sans la prise en compte des observations  et  inquiétudes  régulièrement  émises par  les  organisations  syndicales  depuis  2008 et reprises au cours de l’atelier de Koudougou en 2012. 

A  côté  de  ces  préoccupations majeures,  il  y  a  la question  de  la  tenue  des conférences  pédagogiques. En  effet, la  tenue  des  conférences  de  l’année  scolaire  écoulée  a  provoqué  d’énormes  frustrations  dans  les  rangs  des  enseignants  compte  tenu  de  la  discrimination  qui  a  caractérisé  l’octroi  des  prises  en  charge.  Tout  en  se  réjouissant  de  ce  que  des  catégories  de  travailleurs  aient  des  émoluments  à  la  hauteur  des  efforts  consentis,  le  SYNATEB  juge  que  si  des  améliorations  peuvent  être  faites, il  est  plus  décent  de  le  faire  pour  tous  les  acteurs. En  son temps  une  protestation  avait  été   élevée  auprès  des autorités du  MENA  qui  avaient  reconnu  la  pertinence  de  l’observation.

 En  tout  état  de  cause,  notre  plate forme  sur  laquelle  le  MENA  devra  se  pencher  reste  le  condensé  des  préoccupations  des  travailleurs  de  l’éducation  de base. Son  examen  minutieux  s’impose  et  sa satisfaction  va   contribuer  à  l’amélioration  des  conditions  de vie  et  de  travail des  agents  du  MENA.  D’ailleurs, le Conseil syndical ordinaire du SYNATEB qui se tiendra à Ouagadougou, les 29 et 30 novembre 2012 examinera rigoureusement les préoccupations pressantes afin de dégager des stratégies de lutte appropriées.

Le Bureau National réitère son appel auprès du  MENA  sur  la  nécessité  d’allouer des frais de fonctionnement pour les écoles et les Circonscriptions d’éducation de Base (CEB), et d’augmenter conséquemment ceux des Directions provinciales et Régionales de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation (DPEBA et DREBA).

Pour terminer, le Bureau National lance un appel vibrant à l’ensemble des travailleuses et des travailleurs de l’éducation de base, d’une part à se mobiliser  et  à  se tenir prêt pour la lutte en vue de la  satisfaction totale de notre plate forme revendicative et d’autre part à renforcer les rangs du Collectif CGT-B, du Mouvement syndical dans son ensemble, du Collectif des Organisations Démocratiques de Masses et de Partis Politiques, de la Coalition de lutte Contre Vie Chère, afin de lutter efficacement contre la vie  chère et contre toute tentative de remise en cause des acquis politiques et  des libertés démocratiques et syndicales.

Non à la remise en cause des acquis politiques et des libertés démocratiques et syndicales !

Bonne rentrée scolaire à toutes et à tous.

Pour le Pain et la Liberté, la lutte continue !

Vive le SYNATEB

 

Fait à Ouagadougou le 08 octobre 2012

Pour le Bureau National

Le Secrétaire Général

Tahirou TRAORE

Posté par SYNATEB à 13:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire